Web design: © Meko Traditions. Torero. Le Paseíllo. Huile sur panneau avec toile à sac
  • Espagne I
  • Espagne II
  • Lapidaire
  • Variations
Vue du Nébuleuse d'Orion. Assemblage
Espaces. La Mancha. Cal et Lumière. Assemblage sur panneau
Brise-lames. Cuba. Peinture Expressionniste
<< Revenir

ESPAGNE SUR TOILE Á SAC (2013-14)


S’il y a un seul mot pour définir cette exposition est «Égalité». J'ai toujours pensé que l'art a à être un instrument (outil) social, et c'est sa fin principale, arriver à la société puisque le désir du créateur (artiste) est que les autres voient son œuvre. Dans cette exposition, je veux exprimer une pensée atteint après du passage des années et est que sans «égalité il n'y a pas d'avenir». Cette idée de «Égalité» d'une certaine manière est visible dans toutes les œuvres exposées.

En ce qui concerne l'art en particulier, je voulais faire un lien entre l'histoire et l'histoire de l'art espagnole, et un lien entre les différents mouvements de l'avant-garde espagnole de la seconde moitié du XXe siècle comme le Art Informel, le Expressionnisme Abstrait, le Pop Art et le Comic Underground des années 80 (par exemple, qui a été dessiné en Espagne: «El Víbora» et «Totem»), et notamment pour rendre hommage aux expressionnistes abstraits espagnols de l'École de New York (Esteban Vicente et José Guerrero) et deux groupes de ces avant-gardes qui ont fortement influencé dans l'art espagnol actuel tout comme le «Grupo El Paso» y el «Equipo Crónica». Je voulais jouer avec la plasticité -du jeu de textures, les couleurs et les matériaux pour créer une certaine cinétique. Avec des matériaux comme la toile de jute rappeler le informalisme du «Grupo El Paso» et avec la critique acerbe à «Equipo Crónica».

L'exposition se compose d'une série d'œuvres par thème espagnol avec une nette tendance à la critique pop figurative comme: Études du Musée du Prado, Constitution, Traditions, 1936, Années Quatre-vingts, Crise, Présent, Futur, etc ... Par exemple, dans la série Études du Musée du Prado, les œuvres "Infante" et "Citoyen" sont des versions libres de la qui croyait qui était la dernière œuvre du grand Velazquez, "L'Infante Marguerite d'Autriche" (c.1665) qui en fait, il a été peint par son gendre et disciple Juan Bautista Martínez del Mazo, je me réfère aux deux systèmes de gouvernement ou de l'État qui existaient en Espagne: Monarchie et République. Suivre en Espagne II

ORIENTAL (2012)
Une vision occidentale de l'École Ukiyo-e

Pendant de nombreuses années j'avais à l'esprit de faire une exposition sur une école pictural oubliée en Occident et qui a beaucoup influencé en l'art occidentale de avant-garde dès le mouvement romantique. En plus d’être pour ma la première école de peinture qui fait l’art populaire en termes de contenu et de concepts et en particulier au niveau économique. Je veux dire École Ukiyo-e. Son sens littéral est «peintures du monde flottant» (“images du monde éphémère ou le monde qui coule”).

Ukiyo-e, ou «estampes japonaises» est un genre d'gravures (faite par xylographie ou technique de gravure sur bois) produit au Japon entre les dix-septième et vingtième siècles, parmi lesquels images de paysage, le théâtre et les bordels. Les premiers Ukiyo-e apparaît au siècle XVIIe.

Un exemple de cette approche du travail de l'école Ukiyo-e est mon œuvre de 2011, «Vague» qui a de larges connotations avec le travail de l'un de ses principaux représentants Katsushika Hokusai (1760-1849), «La Grande Vague de Kanagawa». L'exposition se compose de peintures à l'huile et mixtes (ce que j'appelle collage relief et collage mixte) sur panneau. Les collages mixtes sont sur toile à sac teinté et dans certains cas pigmentées et ceux-ci, à son tour collés sur panneau. (voir «Maiko 02-C: L’Heure du Bœuf»)

Mon travail de ces années, est influencé par l'École Ukiyo-e, mais pas dans la technique mais dans le thématique. Plusieurs exemples de cette influence sont mes œuvres: «Maiko 04: L’Heure du Singe», lesquels il a un certain parallèle avec une image du maître de la période Edo, Kitagawa Utamaro (1753-1806), intitulé aussi «L’Heure du Singe» (“Saru No Koku” en japonais), «La Veuve de Hinodeya», sur la base d'une certaine façon aux travaux du même nom Utamaro et «La Danse du Parade de la Grue», qui est basé sur les travaux de Hokusai, «Grues au Bord de la Mer». Tous les autres œuvres de cette exposition sont basées sur des estampes japonaises.


VOIR EXPOSITION

ESCAPISM (2011)


En fait, 2011 a été une année de transition dans ma vie, peut-être ce titre collection, «Escapism». Transition en termes de forme et l'thème de mon travail (retour à la figuration et l'approche à la peinture japonaise) et l'utilisation de différents matériaux que je ne l'avais pas utilisé au cours des dernières années.

À la fois, faire une référence directe à des peintres d'avant-garde du début du XXe siècle, de le soi-disant «École de Paris» qui avait tant d'influences de la peinture japonaise (voir "Hommage à Dedo -Amedeo Modigliani-") ou comme toujours faire une référence Marcel Duchamp, recréant mes propres ready-mades (voir "Vue du Nébuleuse d'Orion"). Avec de nombreuses influences de l'art informel, nous pouvons voir la œuvre "Paradis Hermétique" et les influences de l'art conceptuel, nous pouvons voir la œuvre "Homoncule 01". Suivant avec l'expérience escapist, nous pouvons voir la œuvre "L'Amour nous Séparer", avec une forte proposition relative au Symbolisme.

Retour à nouveau à la figure l'année dernière je dois à l'estampe japonaise. J'ai donc décidé de faire un remake occidental de quelques œuvres de plusieurs maîtres graveurs japonais de la période Edo comme Utamaro (1753-1806), Hokusai (1760-1849) ou Kunisada (1786-1865). Et j'ai commencé à travailler dans l'exposition: Oriental. Une vision occidentale de l'École Ukiyo-e.

Encore une fois en utilisant la toile de jute et le collage me fera revenir aux premiers moments de ma vie artistique, quand je recherchais des matériaux bon marché pour commencer et poursuivre le processus de création. Toiles de jute teinté de bleu, tissus en daim jaune, couleurs à plat et lumineux, mais pleine d'une fragile beauté sera cette expérience avec les estampes japonaises. (voir "Maiko 01-B")


VOIR EXPOSITION

PLAISIRS INCONNUS (2010)


Cette exposition fait partie d'une série d'œuvres qui rendent hommage au 30e anniversaire du premier album de studio par le groupe britannique Joy Division, appelée Unknown Pleasures (Plaisirs Inconnus), sorti chez Factory Records en juin 1979 au Royaume-Uni, 1979 en France, puis juillet 1980 aux États-Unis.

L'image de la pochette de l'album montre 100 impulsions successives du premier pulsar découvert, de ici partie l'idée esthétique de l'ensemble du travail de cette collection.

Tous ces œuvres sont de 2010 et sont faites avec une technique appelée «Couthe». Le terme «Couthe» est un mot inventé par ma, ce qui signifie collage du tissu (tissu étant préalablement préparée avec les plâtres, les copeaux de marbre, des pigments, des résines, etc ...) provenant de la fusion du début du mot Collage (Co) et l'achèvement du mot anglais "Clothe" (vêtements).

Certaines des œuvres les ai-je intitulé avec quelques-unes des chansons de cet album (voir "La Nouvelle Aube Décolorée", "Introspection" et "Désordre"), d'autres, je l'ai simplement intitulé le nom “Plaisir Inconnu” -nº: ... - (véanse "Plaisir Inconnu 01", "Plaisir Inconnu 02" y "Plaisir Inconnu 07").


VOIR EXPOSITION

ESPACES (2009)


La série «Espaces», aussi appelé «Reciklart» (art recyclé), fait en 2009, consiste en une série d'œuvres réalisées à partir de matériaux recyclés où les pigments d'art traditionnels sont mélangés avec des matériaux comme le sable, le plâtre, tissu, corde, etc., prédominance du collage et de l'assemblage.

Dans ces œuvres, vous pouvez voir l'influence de l'art informel -en particulier le espagnol du «Groupe El Paso»- (voir "Espace 10: Incube") et en même temps l'influence de l'art conceptuel, en particulier les Français de objet trouvé, à titre d'exemple le travail des années vingt de Marcel Duchamp- (voir "Espace 03: Crise").

En même temps, dans un espace parallèle, nous observons de nombreuses références à la peinture expressionniste abstrait américain (voir "Espace 07: Crucifixion") ou la peinture abstraite espagnole du période d´art informel (voir "Espace 06: Taureau I").


VOIR EXPOSITION

ANTIQUO (avant 2008)


Je commencé à peindre être un enfant et mon enfance toujours je verrai représentais à travers une toile peut-être que certaines de ces œuvres sont ces réalités. Tout d'abord ma formation artistique est basée sur ce que j'appelle «Peinture de Tranchée» (l'importance de protestation sociale à travers la peinture). Survivre à les fous des années 80 vous donne une vision de la vie et de l'art très différent et en même temps beaucoup plus vital. «La Vie est une réalité souvent retouchés» Meko (voir "Carnaval87").

Exposition de plusieurs œuvres que je l'ai fait surtout avant 2008, bien que je l'ai inséré quelques œuvres ultérieures. Cette collection est composée de paysages (voir "Brise-lames" ou "Village"), nus (voir "Vénus Neo-Concrete"), natures mortes (voir "Nature morte avec des citrons" ou "Nature morte aux oranges"), figure (voir "Fête" ou "Scène de nuit, Vieux-Port de Londres"), etc ...

Dans cette collection, vous pouvez deviner mon influence début expressionniste qui reflétant subjectivement la nature et les êtres humains, ainsi que de donner la primauté à la manifestation des sentiments plutôt que la description objective de la réalité.


VOIR EXPOSITION

ESPAGNE SUR TOILE Á SAC (2013-14)


La série «Traditions» comprend actuellement deux œuvres: "Le Paseíllo" y "Confrérie de la Sainte-Alliance" à laquelle j'ai ajouté une œuvre de 1987 intitulé "Carnaval". Dans la série «1936», "Milicienne" est un hommage à Marina Ginestà (décédé au début de 2014), militant communiste qui apparaît dans la photographie prise sur la terrasse de l'Hôtel Colon à Barcelone le 21 Juillet 1936 par le photographe de guerre allemand-mexicaine Hans Gutmann Guster (Juan Guzmán). La série «Années Quatre-vingts» se compose d'une œuvre, "Liberté sortant de Rock-Ola". La série «Crise» se compose d'une œuvre intitulé "Espagne dévorant ses enfants", œuvre avec un caractère marqué de la critique sociale, un exemple d'utiliser l'art comme outil de transformation et de la manifestation sociale. Je voulais ajouter deux autres séries: «Présent» composée par "Nu ou transparence?" y «Futur» composée par "Amants (les deux Espagnes): Honesto Orkasitas et Leticia Botín".


VOIR EXPOSITION

LAPIDAIRE (2014)


Série de œuvres abstraites conceptuelles que j’ai fais un hommage à différents hommes et femmes qui ont cherché à condition que l’Espagne être un pays progressiste, en avance sur son temps et, en fin de compte, une nation des libertés.

J’ai conçu la ligne générale de cette série de travaux quand j’ai lu ce poème d’Antonio Machado dans son recueil de poésie «Champs de Castille» (1912), "Españolito" se référant aux «deux Espagnes».

La plupart d'entre eux est des compositions de différentes classes de toile de jute, où règnent les champs verticaux dans les couleurs blancs et noirs (voir "À la Mémoire de Mariana de Pineda") ou blancs et rouges (voir "À la Mémoire de Antonio Machado"). Deux de ces œuvres sont des assemblages de bois laqué sur toile de jute (voir "À la Mémoire de Fco de Quevedo") et deux de ces œuvres sont des compositions de satin de soie sur panneau. L'une de ces œuvres est lui-même un collage de lettres en bois sur la toile à sac laqué (voir "Un Rêve. À la Mémoire de Juan Negrín López") ou un assemblage d'une peinture expressionniste abstraite sur toile à sac (voir "Qui a volé ma clé? À la mémoire de Exiles").


VOIR EXPOSITION

VARIATIONS (2014)


Série de œuvres abstraites avec claires influences de l'expressionnisme et l'art informel où je rend hommage à différents peintres espagnols qui ont rompu avec l'esthétique du passé et évolué dans d'autres expressions artistiques telles que Picasso, Miró, Esteban Vicente, Jose Guerrero, etc ...

Quatre de ces œuvres sont effectués sur panneau avec toile à sac et sont divisés en champs de couleurs et champs de abstraction (voir "Hommage à Esteban Vicente" ou "Hommage à Modest Cuixart"). Les deux autres œuvres restantes sont des compositions de morceaux de satin de soie et de différents tissus sur toile à sac laqué (voir "Hommage à José Guerrero" ou "Hommage à Joan Miró").


VOIR EXPOSITION